Après cette belle fête, merci à St Yves, qui nous éclaire par son exemple et nous accompagne par sa prière...

Merci aussi à tous ceux qui ont participé à cette journée ou se sont unis à nos prières! 
Merci en particulier à ceux qui ont aidé pour la préparation de la messe et du buffet!
Merci enfin à Thomas et Anne pour les photos.

 

D'abord, la préparation...

13250294_1727519760839240_403559721_n

13250436_1727519820839234_242316263_n

13275775_1727519757505907_424901137_n

13275922_1727519827505900_632257403_n

13281703_1727519794172570_1367847859_n

13285824_1727519744172575_241050930_n

13285840_1727519780839238_1277518490_n

13285854_1727519810839235_1015541797_n

13293096_1727519747505908_871831743_n

13295384_1727519770839239_498502981_n

IMG_0879

IMG_0881

 

 

La Messe, présidée par SE Mgr Mercier, qui nous a encouragé à suivre les traces de St Yves. Vous pouvez retrouver toute son homélie ci-dessous.

CIMG6754

IMG_0883

IMG_0885

IMG_0886

IMG_0887

IMG_0889

IMG_0891

IMG_0895

IMG_0896

IMG_0899

IMG_0901

IMG_0902

IMG_0903

IMG_0904

IMG_0905

IMG_0906

IMG_0907

IMG_0909

IMG_0910

IMG_0913

IMG_0915

IMG_0917

IMG_0923

IMG_0925

 

Et enfin un buffet "breton", avec des galettes, des crêpes et un excellent cidre!

 

CIMG6757

CIMG6759

CIMG6760

CIMG6762

CIMG6763

CIMG6765

CIMG6766

IMG_0927

 

 

---

Fête de Saint-Yves – 21 mai 2016
Eglise Saint-Yves des Bretons – Rome
Homélie donnée par SE Mgr Mercier

Dans la mémoire de l’Eglise, et même au-delà, Yves Hélory, de Kermartin, est le Juge par excellence et, plus encore, l’Avocat des pauvres. Mais il ne faudrait pas oublier qu’il fut aussi un prêtre, un bon pasteur. Comme l’affirme un spécialiste de l’histoire de la sainteté : « Avec lui apparaît pour la première fois au Moyen Age l’idée d’une sainteté sacerdotale ». Il est vrai qu’on découvre déjà chez lui les traits que l’on retrouvera chez un Pierre Fourier au 17ème siècle ou chez un Jean-Marie Vianney au 19ème, pour ne citer que deux grandes figures sacerdotales françaises.

En cette année de la miséricorde, il m’a semblé intéressant de l’approcher d’une autre manière, qui, bien évidemment, recoupera ce que je viens de dire. Vous avez lu la Bulle d’indiction du Jubilé. Le Pape François nous y invite tout particulièrement à redécouvrir les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles. « Ce sera, écrit-il, une façon de réveiller notre conscience souvent endormie face au drame de la pauvreté , et de pénétrer toujours davantage le cœur de l’Evangile, où les pauvres sont les destinataires privilégiés de la miséricorde divine ». Et le Saint-Père d’énumérer ces œuvres de miséricorde corporelles : donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts. Vous reconnaissez là la parabole du jugement dernier en Matthieu 25. S’y ajoutent les œuvres de miséricorde spirituelles : conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, supporter patiemment les personnes ennuyeuses, prier Dieu pour les vivants et pour les morts.

Sur quasiment tous ces points, saint Yves nous donne un exemple lumineux et surtout très concret. Nous avons la chance de posséder son procès de canonisation commencé moins de trente ans après sa mort. Une bonne partie des témoins, 52 très exactement, parmi lesquels sa sœur aînée et son précepteur alors nonagénaire, l’ont bien connu et nous rapportent des faits dont ils ont été témoins oculaires. Et il y a par ailleurs 201 témoins des miracles accomplis sur son intercession. Saint Yves a été, en effet, le plus grand thaumaturge d’Occident avec saint Martin, pendant le Moyen Age. Je ne vais pas passer en revue tous ces témoignages, mais il en ressort clairement que, « pour l’amour de Dieu », saint Yves a tout donné aux pauvres et s’est fait pauvre lui-même. La totalité des honoraires qu’il recevait dans l’exercice de sa tâche d’official passait aux pauvres, ainsi qu’une partie de ses biens personnels ; à plusieurs reprises, il donna jusqu’aux vêtements qu’il portait. Plusieurs témoins rapportent comment chaque jour, Dom Yves avait table ouverte pour les pauvres, soit à Kermartin, son manoir familial, soit à Louannec, sur le bord de la mer, près de Perros-Guirec, paroisse dont il est curé les dix dernières années de sa vie. Il leur servait du pain, des légumes, ou des fèves -On mangeait alors beaucoup de fèves ; ce légume sera remplacé quelques siècles plus tard par la pomme de terre. Quand ce n’était pas l’heure du repas, il leur servait du pain en telle quantité qu’ils pouvaient se rassasier pour un jour.

Les pauvres, il les aimait encore après leur mort. Il les ensevelissait de ses mains et aidait à les porter en terre. Un jour, un pauvre mourut chez lui. Son cadavre dégageait une telle odeur que les autres miséreux ne voulurent pas venir à Kermartin, comme de coutume ; ils refusèrent même d’aider à l’ensevelir. Voyant cela, Yves et un franciscain lavèrent le cadavre, « humblement et dévotement ». Ensuite, Yves cousit lui-même le suaire, coupant le fil avec ses dents. Et après quoi, tous les deux enterrèrent le pauvre défunt.

Pour les œuvres de miséricorde spirituelles, c’est dans sa charge de curé qu’il les pratiqua le plus habituellement. Par sa prédication et par ses activités apostoliques, Yves fit un bien immense. Il amena beaucoup de jeunes à la pratique des conseils évangéliques. Un témoin ajoute qu’il a connu beaucoup de gens convertis par Yves qui menaient une vie édifiante et faisaient du bien autour d’eux. Cette action apostolique de saint Yves eut une répercussion considérable sur l’ensemble de la population. « Après qu’il eut commencé à prêcher aux gens de sa patrie, dit un autre témoin, ceux-ci devinrent doublement meilleurs. Les gens étaient grossiers, portés à la luxure et à toutes sortes dé péchés, très peu portés au bien ; mais par la prédication et les bons exemples de Dom Yves, toute sa patrie fut transformée ».

N’allons pas croire que pour en arriver à ce degré de vertus, Yves n’eût pas à lutter. A un franciscain blessé du couvent de Guingamp qu’il avait recueilli et soigné, Yves confia que ce fut un dur combat de près de 10 ans. Oh, il avait été un étudiant fort sage à Paris, puis à Orléans. Mais à Rennes où il était devenu Official, à partir de l’écoute de la Parole de Dieu et de sa méditation, soutenu aussi par sa fréquentation des Franciscains, il a choisi de se dépouiller progressivement de tout pour être radicalement conforme au Christ, voulant le suivre dans la pauvreté, afin de contempler le visage du seigneur dans celui des humbles auxquels il a cherché à s’identifier. Il demeurait toujours un homme appliqué à la science canonique, mais d’autres traits apparaissaient de plus en plus qui frappaient ses contemporains : un homme de prière, un disciple de saint François d’Assise, un « avocat des pauvres » et un bon pasteur au zèle pastoral inlassable, serviteur infatigable de la parole de Dieu. Il avait compris que son trésor était là, dans cet amour pour le Seigneur et cette charité pour ses frères les plus pauvres.

Puissions-nous en cette année jubilaire de la Miséricorde marcher sur les mêmes voies qu’Yves de Kermartin, pour découvrir toujours plus l’amour de Dieu à notre égard et grandir dans ce respect et cette prédilection pour les pauvres, le traduisant très concrètement à travers des œuvres corporelles et spirituelles. Oui, mes amis, demandons la grâce de ne jamais nous fatiguer de puiser la miséricorde du Père et de la porter dans le monde : demandons d’être nous-mêmes miséricordieux pour témoigner où est notre trésor. Saint-Yves, intercédez pour nous !