Les fresques du choeur, dont nous parlerons dans un prochain article, sont l'oeuvre de Ludwig Seitz. Disons seulement qu'elle représente dans une mandorle le Christ en gloire entouré de 6 saints : à sa droite saint Yves, saint Martin et sainte Clotilde et à sa gauche saint Louis, saint Bernard et sainte geneviève. Les fresques des deux petites chapelles latérales ont été exécutées par un autre peintre Riccardo Mancinelli. Nous n'avons pour l'heure trouvé aucun renseignement biographique sur lui. peut-être qu'un lecteur du blog saura nous aiguiller... Dans la chapelle de la Vierge, Mancinelli a peint en médaillon saint Jean, saint Joachim, sainte Anne, saint Jean-Baptiste; dans celle du Sacré Coeur : saint Denis, sainte Radegonde, sainte Germaine Cousin et saint François de Sales. En ouvrant l'album photo intitulé Riccardo Mancinelli, vous trouverez les photos de ces huit médaillons. Certains d'entre eux sont abîmés. Ainsi que le notait François Macé de Lépinay en 1981 dans une conférence sur la reconstruction de Saint-Yves-des-Bretons dans le cadre d'un colloque de l'Ecole française de Rome sur les Fondations Nationales dans la Rome pontificale  "ils mériteraient une restauration attentive"... C'était il y a presque 30 ans...

De toute ces représentations de saints, un constat... le peu de saints bretons... Hormis sainte Anne et saint Yves, patrons de la Bretagne, pas un seul autre saint breton n'est représenté dans l'église... On y retrouve plutôt un certain nombre de saints emblèmatiques de la France et de Paris : saint Denis, sainte Geneviève, saint Martin, saint Louis... On peut s'en étonner... Plus que l'évêque fondateur du diocèse de Paris, on aurait pu s'attendre à  ce que soient représentés les évêques fondateurs des évéchés bretons (les saints Corentin, Pol Aurélien, Tugdual, Brieuc, Malo, Samson, Paterne), plus que sainte Geneviève, saint Martin ou saint Louis qui comptèrent dans l'histoire de la ville de Paris ou du royaume de France on aurait pu penser à d'autres saints qui comptèrent pour l'histoire de Bretagne comme saint Judicaël (roi de Domnonée qui se fit moine), saint Hervé (barde et ermite),saint Gwénolé (fondateur de l'abbaye de Landévennec) saint Vincent Ferrier (canonisé en 1455 par le pape Callixte III qui cette même année 1455 confirma la fondation de l'église Saint-Yves-des-Bretons accordée par son prédécesseur), saint Guillaume Pinchon (évêque de Saint Brieuc, premier saint breton à être reconnu par Rome au sens canonique du terme en 1247) et combien d'autres encore...

La liste est longue des saints bretons qui auraient pu être représentés à Saint-Yves-des-Bretons... Y a-t-il une raison à cela ?